Vous êtes ici

PAIN

Chronicisation de la lombalgie commune : J’ai mal à ma mémoire !

3
juin 2016
Psychologie de la douleur

Il y a tout juste un an était présentée sur ces pages l’analyse d’une étude concernant la participation des événements psycho traumatiques (EPT où l’intégrité psychique et/ou somatique a été mise en péril) à la chronicisation douloureuse. Cet article recommandait leur recherche systématique dans l’anamnèse des patients souffrants de lombalgies communes (LC). L’intuition des auteurs étant que cette chronicisation pouvait débuter et/ou être entretenue par la présence d’au moins un EPT (même en l’absence de lien direct avec la douleur actuelle) retrouvé et indépendamment de la présence ou absence actuelle d’un état de stress post-traumatique (ESPT). Il s’agissait d’une étude expérimentale comparative et prospective auprès de 149 sujets adultes souffrant de LC depuis au moins 3 mois. Près de 2/3 de ces sujets souffraient depuis plus de 10 ans. Tous les participants étaient soumis à une série d’épreuves de douleur induite ciblant la zone lombaire et le membre supérieur gauche (hémicorps identique). Pendant les épreuves, un dispositif mesurait leur réactivité somato-sensorielle. Les auteurs « récidivent » avec cette nouvelle publication où leur intention est de mieux comprendre l’impact neurobiologique de différents types d’EPT, répétitifs et survenus pendant l’enfance, sur la douleur en termes de perception et tolérance. Ils reprennent ici les résultats de leur précédente publication en y intégrant les données relatives aux types d’EPT (avec ou sans ESPT associé) associés à celles de différents paramètres somato-sensoriels. Les EPT étaient explorés à l’aide d’un auto-questionnaire identifiant 5 types d’EPT : abus émotionnel, physique et sexuel ; négligence émotionnelle et physique. Les résultats statistiques montrent chez le groupe LC un nombre significativement plus important d’abus émotionnels et sexuels comparativement à celui retrouvé dans le groupe contrôle. Comparativement aux sujets du groupe contrôle et du groupe LC sans EPT, les sujets du groupe LC avec EPT présentaient un seuil de tolérance à la douleur significativement plus bas et cela quel que soit le type d’EPT rapporté. Cette différence n’est pas retrouvée entre le groupe contrôle et le groupe LC sans EPT. Le seuil de perception de la douleur était significativement plus bas chez les 2 groupes LC comparativement à celui du groupe contrôle. Au sein du groupe LC avec EPT : les sujets ayant été victimes d’abus émotionnels étaient ceux qui présentaient les seuils de perception douloureuse les plus bas du groupe ; les victimes d’abus sexuels présentaient une plus grande sensibilité au toucher. Ces résultats suggèrent la présence d’une hyperalgésie mécanique (grosses fibres nerveuses) et d’une forte sensibilité à la douleur profonde (récepteurs NMDA de la moelle épinière) chez les patients lombalgiques exposés à des EPT précoces et répétés. Ils confortent ceux de travaux antérieurs dans l’hypothèse d’un processus de sensibilisation centrale (risque de fibromyalgisation ?) chez ces patients. Cette publication est l’une des rares à avoir mesuré quantitativement les liens entre mémoire douloureuse et mémoire traumatique permettant ainsi de mieux comprendre le rôle des EPT dans la chronicisation douloureuse. Elle valide l’intérêt, pour les patients lombalgiques chroniques ou fibromyalgiques, d’une psychothérapie ciblée sur les mémoires traumatiques, telle que l’EMDR (Eye Movement Desensitization and Reprocessing, recommandée par l’HAS depuis 2007 pour les ESPT) construite sur un modèle neurobiologique du traumatisme psychique.

Reference

Tesarz J, Eich W, Treede RD, Gerhardt A.
Altered pressure pain thresholds and increased wind-up in adult chronic back pain patients with a history of childhood maltreatment: a quantitative sensory testing study. Pain 2016: in press.

Auteur

Rodrigue Deleens

Coordonnateur et directeur de la publication/Responsable éditorial Praticien Hospitalier -Centre d'Évaluation et de Traitement de la Douleur CHU de Rouen Médecin attaché, CETD Hôtel Dieu, AP-HP