Vous êtes ici

Palliative Medicine

Douleur neuropathique cancéreuse : enfin des données robustes ?

1.02
décembre 2012
Douleur et cancer

Les données de la littérature sur le diagnostic et le traitement des douleurs neuropathiques d’origine cancéreuse restent insuffisantes pour élaborer une stratégie consensuelle. L’European Palliative Care Research Collaborative a récemment publié les résultats d’une étude multicentrique internationale sur la prévalence, la sévérité, les traitements antalgiques et l’impact de la douleur neuropathique cancéreuse. Au total, 1051 patients porteurs d’un cancer incurable ont pu être recrutés : 670 (soit 64% de la population) étaient douloureux, 113 (soit 17% des patients douloureux) présentaient des douleurs neuropathiques. Ce taux de 17% contraste avec les 19% à 39% de prévalence habituellement retrouvés. Ceci peut s’expliquer par l’utilisation du Pain DETECT, outil de dépistage des douleurs neuropathiques manifestement peu pertinent en cas de douleur cancéreuse (dans cette étude, sa sensibilité était de 53%, sa spécificité de 77% et sa valeur prédictive positive seulement de 33%). Par ailleurs, cette étude ne s’est pas intéressée à l’existence de douleurs mixtes, pourtant présentes chez 20 à 40% des patients souffrant de cancer. Il convient donc d’utiliser un questionnaire validé pour cette population (comme l’ID-Pain) avant de tirer des conclusions en termes de prévalence. Sans surprise, cette étude confirme une altération plus importante de la qualité de vie et un traitement plus lourd chez les patients porteurs de douleurs neuropathiques. Plus étonnant : seuls 57% de ces patients se sont vu prescrire des co-analgésiques de type antidépresseurs ou antiépileptiques (les corticoïdes et les laxatifs faisaient partie de la même catégorie dans cette étude), ce qui témoigne des progrès restant à accomplir. Malgré l’importance des moyens déployés (plus de 1000 patients recrutés dans 8 pays), cette étude ne tient donc pas ses promesses : à cause de sa méthodologie, elle ne fournit au lecteur qu’un cliché flou sur l’épidémiologie de la douleur neuropathique cancéreuse. L’utilisation d’outils d’évaluation plus spécifiques devrait permettre d’y voir plus clair…

Reference

Rayment C, Hjermstad MJ, Aass N, Kaasa S, Caraceni A, Strasser F, Heitzer E, Fainsinger R, Bennett MI; On behalf of the European Palliative Care Research Collaborative (EPCRC). Neuropathic cancer pain: prevalence, severity, analgesics and impact from the European Palliative Care Research Collaborative-Computerised Symptom Assessment study. Palliat Med 2013;27:714-21.

Auteur

Dr Virginie Piano