Vous êtes ici

Journal of Psychosomatic Research

Emotions liées à la douleur chronique : mieux évaluer pour mieux soigner !

2.01
janvier 2013
Psychologie de la douleur

De nombreuses études ont montré le rôle joué par la douleur dans la survenue et l’entretien d’émotions négatives (cercles vicieux). Chez certains patients, une intensité douloureuse élevée semble associée à une limitation de la conscience et de l’expression émotionnelle. Ils souffriraient de déficits au cours du traitement cognitif de l’émotion, indépendamment de toutes psychopathologies. La recherche actuelle s’attache à une meilleure identification de la nature de ces déficits et des mécanismes psychologiques ainsi impliqués. Le trait de personnalité le plus étudié est l'alexithymie, l’auto-questionnaire TAS 20 étant à ce jour l'outil d'évaluation de référence. Mais est-il vraiment adapté d’interroger directement les patients sur des manifestations psychologiques dont ils ont peu, voire pas du tout conscience ? Pas forcément, d'où le développement d'un outil « concurrent » au TAS 20 : le LEAS. Il s’agit d’une épreuve d'inspiration cognitiviste mesurant indirectement une dimension très proche de l’alexithymie : la conscience émotionnelle. Le sujet est confronté au récit de situations fictives ayant des implications émotionnelles : ses réponses verbales sont cotées par le clinicien pour déterminer un niveau de conscience émotionnelle. Plusieurs auteurs recommandent aujourd’hui l’utilisation complémentaire des deux outils pour évaluer la régulation émotionnelle, et ce malgré une carence d’études. Pour remédier à cette carence, des chercheurs français viennent de publier une nouvelle étude menée auprès de 39 femmes souffrant d’arthrose et de fibromyalgie. Les niveaux d’alexithymie et de conscience émotionnelle furent ainsi évalués et comparés à ceux d’un groupe contrôle. Leurs résultats confirment les travaux antérieurs menés avec le TAS 20. Ils démontrent pour la première fois la présence de niveaux de conscience émotionnelle plus bas chez les patientes douloureuses comparés à ceux des sujets sains. Le LEAS pourrait à l’avenir être utilisé auprès de patients douloureux chroniques dans le cadre de prises en charge cognitivo-comportementales orientées vers les émotions. D’autres études s’avèrent cependant nécessaire pour confirmer l’intérêt du LEAS en pratique clinique.

Reference

Baeza-Velasco C, Carton S, Almohsen C, Blotman F, Gély-Nargeot MC. Alexithymia and emotional awareness in females with Painful Rheumatic Conditions. J Psychosom Res 2012;73:398–400.

Auteur

Franck Henry

Psychologue CHU Dupuytren Centre de la Douleur Chronique - Service de Rhumatologie à Limoges Aucun lien d’intérêts