Vous êtes ici

Douleurs : Evaluation - Diagnostic - Traitement

L’art difficile de comprendre et prendre en charge la douleur dans un contexte de troubles autistique

2.01
février 2019
Douleurs provoquées par les soins, Organisation de la prise en charge de la douleur, Physiopathologie de la douleur

La prise en charge de la douleur, qu’elle soit aigüe ou chronique, dans un contexte de troubles de la communication est complexe, et particulièrement chez des patients atteints de troubles neuro-développementaux comme l’autisme. Une équipe a mis en place à Etampes, une consultation dédiée et fait office de référence en France dans ce domaine. Dans leur article publié ici, ils décrivent  l’organisation d’une telle consultation, les outils et techniques pour qu’elle se déroule au mieux et les moyens d’évaluer la douleur.

L’autisme est décrit pour une naissance sur 150, avec environ 1 personne sur 2 sans langage verbal. Les troubles, présents dès l’enfance et persistants à l’âge adulte altèrent les capacités à établir des interactions sociales, ce qui entre autre explique les difficultés dans l’expression et dans l’évaluation de la douleur. On observe possiblement des comportements auto ou hétéro agressif, rendant difficile l’accès aux soins somatiques.
La douleur exprimées par ces patients est modifiée, du fait des spécificités sensorielles (hypo ou hypersensibilité, auditive ou visuelle), cognitives (difficulté au traitement des informations, incompréhension des émotions), ou comportementales (stéréotypie, difficultés d’adaptation à l’environnement).
Le centre d’Etampes a réfléchi l’organisation de ces soins, dans un environnement dédié et adapté, calme, et un temps de consultation souvent long, près de 1h30. Différents moyens de distraction sont utilisés (tablettes, vidéos, musique…). S’ils ne suffisent pas la contention peut parfois être nécessaire, après évaluation, de la balance bénéfice-risque, avec le consentement des accompagnants. Bien sur les thérapeutiques antalgiques sont mises en place et notamment le MEOPA.

Enfin, pour permettre une évaluation la plus adaptée possible des outils ont été élaborés, tels que l’échelle d’évaluation de l’expression de la douleur chez les sujets dyscommunicants (EDD) ou l’échelle simplifiées d’évaluation de la douleur chez les dyscommunicants atteints de trouble du spectre de l’autisme (ESDA).

Si cet article ne présente pas une étude et des chiffres quant aux résultats de la prise en charge spécifique dans ce centre pionnier dans les soins somatiques de patients atteints de troubles autistiques, il rappelle la démarche à mettre en ouvre dans ces situations complexes. Rappelons que les derniers audits, les dernières évaluations des pratiques montrent encore de gros efforts à réaliser pour les patients atteints de troubles neuro-développementaux, mais aussi en psychiatrie. Les travaux de l’équipe d’Etampes, et notamment ceux du Dr Saravane devraient être déclinés dans de nombreuses régions.

 

Reference

Isabelle Mytych et al.

Expression de la douleur dans les troubles du spectre autistique, Douleurs, Vol 19 - N° 6

P. 255-257

Auteur

Rodrigue Deleens

Coordonnateur et directeur de la publication/Responsable éditorial Praticien Hospitalier -Centre d'Évaluation et de Traitement de la Douleur CHU de Rouen Médecin attaché, CETD Hôtel Dieu, AP-HP