Vous êtes ici

Medicine

Le travail, c'est la santé !... ou pas

3
mars 2018
Organisation de la prise en charge de la douleur

Les troubles musculo-squelettiques (TMS) et le stress ont une prévalence non négligeable en milieu professionnel. Ils sont influencés par un ensemble de facteurs bio-psycho-sociaux.

Un bon « capital social » peut-il protéger de ces troubles ?

Pour y répondre, les auteurs se sont basés sur les données recueillies à l’inclusion d’une étude qu’ils ont publiée en 2016 incluant des techniciennes de laboratoire (travail avec gestes répétitifs) souffrant de TMS.

Est désigné par capital social (CS) « l’ensemble des interactions bénéfiques au travail comprenant la confiance, la réciprocité, l’information, la coopération, participant ainsi à la création de valeurs facilitant les relations entre les personnes au sein d’un même réseau social ». Les auteurs définissent 3 types de CS : le « bonding » (Bo) est caractérisé par le sentiment de cohésion et d’unité entre les membres d’une équipe. Le « bridging » (Br) est la qualité des relations entre différentes équipes pour travailler ensemble. Le « linking » (Li) représente les interactions entre un groupe et son responsable, la reconnaissance ou non par ce dernier du travail des équipes, la possibilité d’échanger sur une façon commune de travailler.

539 techniciens de laboratoire d’une compagnie pharmaceutique au Danemark ont complété les questionnaires portant sur la douleur de leurs TMS (moyenne des différentes douleurs à l’EVA), leur niveau de stress perçu (Perceived Stress Scale) et leur capital social (échelle de leur Bo, Br et Li perçu) ; 473 femmes ont été incluses dans l’analyse, avec ajustement pour l’âge, l’hygiène de vie, le temps de travail hebdomadaire.

Les résultats concernant le stress ont montré qu’un CS au sein d’une équipe modéré ou haut était lié à un niveau de stress perçu statistiquement moindre qu’un CS bas ; de même pour un CS entre les équipes. En revanche, seul un CS haut entre les équipes et leurs responsables atténue de manière significative le stress perçu par rapport à un CS bas.

Quant aux douleurs liées aux TMS, elles ne sont pas influencées de façon significative par le capital social, modéré ou haut quelque soit le type (Bo, Br ou Li) par rapport à un CS bas.

Ces résultats sont intéressants car permettent de réfléchir sur les moyens de réduire le stress perçu dans les entreprises en promouvant un capital social de qualité. Ils renforcent également la notion que les facteurs favorisant les TMS ne sont pas que psycho-sociaux.

Cet article présente néanmoins des biais : la population étudiée était exclusivement féminine, il s’agit d’une analyse à posteriori de données à un temps T en baseline d’une étude interventionnelle ayant un autre objectif primaire.

Il aurait été intéressant de comparer les mêmes données après une intervention spécifique susceptible d’améliorer le capital social des sujets.

Mais pour ça, il aurait fallu refaire un protocole, des questionnaires … des gestes répétitifs, facteurs de risque de TMS pour l’équipe de recherche elle-même ?

Reference

Jay K, Andersen LL.
Can high social capital at the workplace buffer against stress and musculoskeletal pain ? Cross- sectional study. Medicine (Baltimore) march 2018 ; 97 : 12(e0124).

Auteur

Bich Dang-Vu

Médecin algologue à l'Unité de Coordination
Douleur
Hôpital Foch, Suresnes