Vous êtes ici

Pain Medicine

L’Ecole du dos : une « old school » toujours d’actualité en 2016 ?

1.02
décembre 2016
Autres

L’école du dos (ED) est une approche éducative apparue en 1969. Délivrée sur un mode pluridisciplinaire, elle avait initialement pour objectif de prévenir et de traiter les lombalgies chroniques communes (LCC). La dernière méta analyse portant sur les études contrôlées et randomisées mesurant l’efficacité de l’ED date de 2004 et conclue à un niveau de preuve modéré comparativement à d’autres traitements actifs, l’effet placébo ou encore la liste d’attente.

D’après les auteurs de cet article, des méta analyses plus récentes existent mais ne permettent toujours pas de statuer sur l’efficacité de l’ED et la place à lui accorder dans la prise en charge biopsychosociale des patients souffrant de LCC.

Pour répondre à cette question, les auteurs de cet article ont mené une nouvelle méta analyse en choisissant d’en exclure (contrairement aux auteurs précédents) les programmes thérapeutiques orientés également vers la prévention de la chronicité.

Les études comparatives randomisées ainsi retenues concernaient des patients adultes souffrant de LCC et ayant bénéficié d’ED variées dans leur contenu et de durées très variables. Les interventions thérapeutiques auxquelles les ED étaient comparées étaient également très diversifiées d’une étude à une autre, les auteurs ayant décidé de n’en exclure aucune jusqu’à retenir également l’absence d’intervention comme groupe contrôle.

Ils ont sélectionné les recherches utilisant des critères de jugement recommandés par un consensus d’expert sur les méta analyses mesurant l’efficacité des traitements de la douleur chronique (IASP, 2010). Entre l’inclusion et la fin des ED ils retenaient le pourcentage de participants chez qui il était retrouvé : un soulagement d’au moins 30%, une baisse de l’intensité douloureuse d’au moins 50%, un score à l’EVA inférieur à 30/100 ainsi que la variation des niveaux moyens d’intensité douloureuse (EVA et EN).

Malheureusement, face au nombre trop peu important d’études ayant utilisé les premiers critères, les auteurs ont été contraints de se limiter au dernier critère cité (l’intégralité de ces études mentionnait uniquement l’EVA). Ils ont ajouté à cela : l’absentéisme au travail (nombre de jours), les répercussions de la douleur sur les activités professionnelles et de la vie quotidienne, la qualité de vie ainsi que l’impression globale de changement des participants.

Ils ont également recherché les études mentionnant les événements indésirables mineurs ou majeurs survenus en cours de suivi et les taux d’abandon liés à ces événements.

Plusieurs moteurs de recherche étaient utilisés dont celui de la Cochrane pour toutes les études publiées jusqu’à octobre 2015. Le traitement statistique appliqué aux données issues au final de seulement 5 études (après exclusion de 301 publications) suivait les dernières recommandations de la Cochrane en la matière. Au final, il s’agissait d’études très hétérogènes en termes de : méthodologie, contenu et durée des interventions, délais entre les dernières séances et les évaluations en post suivi et surtout pour les critères de jugement qui pour la plupart ne correspondaient pas aux recommandations précédemment citées. Peu de données étaient disponibles sur le retentissement professionnel et les événements indésirables.

Les auteurs concluent leur travail en évoquant un effet équivalent à celui de l’effet placébo pour les ED et posent même l’hypothèse d’un entretien des conduites kinésiophobes avec l’enseignement et la promotion de conduites de protection à visée ergonomique.

Reference

Back schools for the treatment of chronic low back pain: possibility of benefit but no convincing evidence after 47 years of research—systematic review and meta-analysis.
Straubea S, Harden M, Schroder H and al.
Pain 2016;157:2160-2172.

Auteur

Franck Henry

Psychologue CHU Dupuytren Centre de la Douleur Chronique - Service de Rhumatologie à Limoges Aucun lien d’intérêts