Vous êtes ici

Autres revues

Nul n’est censé ignorer la loi…de santé!

3
juin 2016
Autres

De quoi occuper de longues soirées d’été, je vous propose de lire la Loi de Santé, promulguée le 26 janvier 2016 après de longs échanges à l’Assemblée Nationale et au Sénat. Pour vous simplifier la tâche, et pour cibler le cœur de ce qui nous intéresse le plus à ActuDouleurs, voici la sélection des articles dans lesquels il est question de la douleur. Car en effet, et grâce aux efforts et au soutien de scientifiques de partenaires impliqués dans la prise en charge de la douleur, des associations, ainsi que de femmes et d’hommes politiques, le mot « douleur » apparait à trois reprises, dans 3 articles différents de ce long texte.
Que contient ce texte de loi ? Trois orientations : le renforcement de la prévention, la réorganisation autour des soins de proximité et le développement des droits des patients. Dans ces trois thématiques, la place de la douleur apparait comme évidente !
Dans l’article premier, il est inscrit : « La prévention collective et individuelle des maladies et de la douleur, des traumatismes et des pertes d’autonomie, notamment par la définition d’un parcours éducatif de santé de l’enfant, par l’éducation pour la santé tout au long de la vie et par le développement de la pratique régulière d’activités physiques et sportives à tous les âges ». On y voit donc apparaitre des messages essentiels utilisés lors des consultations douleur : conseil de gestion au quotidien (activités physiques) et la notion d’auto-soins, d’éducation thérapeutique, d’autonomie. La notion de coordination autour du médecin généraliste et du travail en équipe (pluriprofessionnelle et pluridisciplinaire) y est essentielle.
Dans l’article 12 de ce même texte, il est question de coordination du parcours de santé des patients, entre autres, le médecin traitant doit « administrer et coordonner les soins visant à soulager la douleur. En cas de nécessité, le médecin traitant assure le lien avec les structures spécialisées dans la prise en charge de la douleur ». L’inscription dans le texte de la notion de structure de lutte contre la douleur est une avancée positive pour leur place dans le système de soin et leur devenir dans un contexte souvent difficile!
Enfin, dans l’article 25, relatif à l’équipe de soins, il est défini que cette dernière « est un ensemble de professionnels qui participent directement au profit d’un même patient à la réalisation d’un acte diagnostique, thérapeutique, de compensation du handicap, de soulagement de la douleur, ou de prévention de perte d’autonomie, ou aux actions nécessaires à la coordination de plusieurs de ces actes (…) ». 
L’inscription de ce simple mot « douleur » dans 3 articles de cette loi n’est pas que symbolique, elle permet de valoriser l’existant en terme de structures douleur, de pluriprofessionalité, de parcours de soins (souvent complexe), de mettre l’accent sur la place importante du médecin traitant. C’est peut être le premier pas vers une véritable reconnaissance de la douleur chronique comme une maladie à part entière, et ses équipe médicale des spécialistes, non d’un organe mais une pathologie souvent complexe, multidimensionnelle qui nécessite une prise ne charge globale du patient… 

 

Reference

LOI n° 2016-41 du 26 janvier 2016 de modernisation de notre système de santé

Auteur

Rodrigue Deleens

Coordonnateur et directeur de la publication/Responsable éditorial Praticien Hospitalier -Centre d'Évaluation et de Traitement de la Douleur CHU de Rouen Médecin attaché, CETD Hôtel Dieu, AP-HP