Vous êtes ici

Cochrane Database of Systematic Reviews

Pas de répit pour les fibromyalgiques avec les cannabinoïdes

3
septembre 2016
Fibromyalgie

Les traitements actuels ne permettent qu’une amélioration modeste des manifestations cliniques de la fibromyalgie. Les cannabinoïdes, qui ont une action de modulation de la douleur et du stress, sont cependant considérés comme des substances dont le potentiel thérapeutique pourrait être bénéfique pour les patients souffrant de cette maladie. Il existe d’ailleurs de nombreuses publications qui ont étudié l’effet du cannabis thérapeutique, des phytocannabinoïdes ou des cannabinoïdes de synthèse sur les fibromyalgiques. Cette année, un groupe Cochrane a évalué l’efficacité, la tolérance et la dangerosité de ces substances chez les adultes atteints de fibromyalgie. Après l’application de filtres de sélection, seules 2 études sur les 72 répertoriées ont passé l’épreuve des critères d’inclusions qualitatifs concernant la méthodologie et aucune n’a été retenue après l’application des critères quantitatifs (au moins 200 patients par études). De ce fait, aucun résultat parmi ces 72 études ne peut être considéré comme bénéficiant de niveaux de preuve forts. À cela s’ajoute le fait que la durée des études semble trop courte (inférieure à 12 semaines) pour que les résultats puissent être extrapolés à une pathologie chronique. Néanmoins, si aucune étude n’a permis de démontrer avec un fort niveau de preuves une amélioration de 30 à 50 % de la douleur et de l’impression globale de changement, il a été retenu, avec un très bas niveau de preuve, que la nabilone, un cannabinoïde de synthèse, avait un effet antalgique plus important qu’un placebo. Il en va de même pour l’amélioration de la qualité de vie. Aucune différence significative n’a en revanche été démontrée concernant la fatigue et la dépression. Comparée à l’amitriptyline, la nabilone semble avoir un effet plus bénéfique sur les troubles du sommeil, mais ne s’avère pas supérieure sur la douleur, le moral et la qualité de vie. Elle engendre en revanche plus d’effets indésirables et entraîne plus d’abandon parmi les participants. Les effets indésirables les plus fréquents sont les vertiges, la somnolence, les nausées et la xérose buccale. Du fait du manque de données utilisables, il n'a pas été possible d'établir des recommandations (selon la méthode GRADE) concernant l’usage de cannabinoïdes dans la fibromyalgie ; d’ailleurs, aucun pays n’a d’AMM, ni ne propose de recommandation pour les cannabinoïdes dans la fibromyalgie, Cet article révèle que malgré un nombre important d’études, les méthodologies employées et le trop faible nombre de participants ne permettent pas de démontrer l’existence d’effets bénéfiques avec de forts niveaux de preuve. De ce fait, les cannabinoïdes restent au statut de substances aux effets thérapeutiques hypothétiques. Les études, qui ont fourni des pistes sur ce que les cannabinoïdes pourraient apporter à une population qui pâtit de l'absence de traitement efficace, doivent inciter à ce que de nouvelles études à la méthodologie irréprochable soient mises en place afin d’ouvrir de nouveaux horizons.

Reference

Walitt B, Klose P, Fitzcharles MA, Phillips T, Häuser W.
Cannabinoids for fibromyalgia. Cochrane Database Syst Rev. 2016 Jul 18;7

Auteur

Dr. Antonin Sabon

Centre d'Activité Douleur Soins Palliatifs Centre Hospitalier Régional d'Orléans