Vous êtes ici

Journal of Palliative Medicine

Quel est le meilleur facteur clinique de réussite d’instauration de la méthadone dans la douleur liée au cancer ?

2.01
février 2019
Douleur et cancer

C’est la question que s’est posée une équipe japonaise. Sur une revue rétrospective de 80 cas, ils ont cherché à identifier le ou les facteurs cliniques permettant la réussite d’instauration de méthadone.
Il s’agit de patients atteint de cancer ayant des douleurs chroniques. L’instauration est considérée comme réussie au 6ème jour, s’il existe moins de 2 prises d’interdose et une diminution de de l’intensité douloureuse. L’efficacité est au rendez-vous car 70 (13 ambulatoires et 57 hospitalisés) des 80 patients ont rempli ces critères, avec une diminution de l’EN 6.8 à 2 sur 10, sans effets secondaires important (comme l’allongement du QT). Le seul critère qui atteint la significativité (p<0,0001) est la survie après l’instauration de la méthadone (87,1 ours dans le groupe succès et 19 jours dans le groupe échec). Une différence de score de Palliative prognostic index est proche de la significativité  (p = 0,054), 2,75 dans le groupe succès et 4,5 dans le groupe échec. Les autres données cliniques n’intervenant pas dans la réussite du changement pour la méthadone. Ainsi, ces résultats soutiennent l’intérêt d’une instauration « précoce » de la méthadone. Ainsi plus la méthadone est instaurée tôt dans l’histoire douloureuse du patient, plus elle est efficace.

Il faut rester prudent sur l’applicabilité de ces résultats dans toutes les situations de changement pour la méthadone. En effet, si la méthode de changement retenue pour la méthadone est assez « classique » : le « stop and go » ou conversion rapide, avec arrêt de l’opioïde initial ; les interdoses sont des interdoses d’opioïdes… De plus la dose de méthadone a été calculée par des ratios spécifiques non documentés  et elle n’a pas été changée pendant 1 semaine, donc pas vraiment de phase de titration (souvent réalisé en cas de conversion rapide).

Comme souvent pour la méthadone, la généralisation est difficile. Il n’a pas pu être mis en évidence de manière certaine de supériorité de protocole de changement contre un autre. Les expériences cliniques sont diverses mais concordent toutes vers l’efficacité et parfois vers l’instauration précoce... 

Reference

Okayama S, Matsuda Y, Yoshikawa Y.
J Palliat Med. 2019 Feb 4.  A Comparative Study of Opioid Switching to Methadone for Cancer Pain Control in Successful and Unsuccessful Cases.

Auteur

Erwann Treillet

Service de Médecine de la douleur médecine palliative Hôpital Lariboisière Conférences : invitations en qualité d’auditeur (Astellas).