Vous êtes ici

Cochrane Database of Systematic Reviews

Quel traitement pour les douleurs au « C(och)rane » après une ponction lombaire ?

3
novembre 2015
Céphalées et douleurs orofaciales

Les membres de la Cochrane Collaboration ont décidé de mettre à jour en 2015 la revue de littérature concernant le traitement médicamenteux des céphalées post-ponction lombaire (post-PL), qui datait de 2011.En effet, bien que les céphalées post-PL soient un phénomène fréquent, et même l’effet indésirable le plus fréquent après une ponction lombaire (Bezov 2010 ; Davignon 2002), le traitement médicamenteux n’est pas clairement défini. Il en découle des guerres de chapelle entre les différents professionnels, chacun pensant détenir LA vérité.
Il a été inclus 13 essais contrôlés randomisés (incluant au total 479 patients), à noter que 274 patients étaient des femmes dont 118 qui avaient développé des céphalées après avoir bénéficié d’une péridurale au moment de l’accouchement. Dans la précédente revue, seuls sept essais avaient été analysés (avec 200 participants). L’analyse a été réalisée en intention de traiter.
Le critère de jugement principal choisi était : la persistance de céphalées post-PL de n’importe quelle intensité au moment de l’évaluation. Les autres critères pris en compte étaient : le retentissement sur les activités de la vie quotidienne, un ajout de traitement habituel, la nécessité de la réalisation d’un blood-patch, l’amélioration des scores d’intensité de la douleur et le nombre de jours d’hospitalisation.
Parmi les 13 essais, deux d’entre eux portaient sur le critère d’évaluation principal, et ont montré qu’un traitement par caféine en intraveineuse réduisait de façon significative le nombre de participants présentant une persistance de céphalées post-PL. Ce traitement a également permis une diminution de la nécessité d’ajouter un traitement classique supplémentaire.
Le traitement par gabapentine a permis une diminution du niveau de douleur évalué sur l’EVA en comparaison au placebo, tout comme le traitement par hydrocortisone IV, et théophylline. Le traitement par sumatriptan en sous-cutané et l’ACTH n’ont pas montré d’effet sur ce critère. Il n’y a pas été relevé d’effet secondaire majeur, et il n’y a pas eu de résultats significatifs concernant les autres critères d’évaluation.
Au final ces données confirment l’analyse de la dernière revue de la Cochrane Collaboration de 2011, mais sont à prendre avec précaution en raison du risque de biais lié au fait que les essais ont porté sur des échantillons de population de petite taille, et que la généralisation des résultats est limitée du fait que près de la moitié de la population étudiée était des femmes jeunes qui venaient d’accoucher.
Cette Cochrane a l’intérêt de faire une mise à jour récente sur le traitement des céphalées post-PL qui est un effet indésirable fréquent et très mal vécu par les patients. L’analyse est rigoureuse et bien explicitée. En revanche il y a un manque de précision sur les doses des traitements employés.

 

Reference

Basurto Ona X, Martínez García L, Solà I, Bonfill Cosp X.
Drug therapy for treating post-dural puncture headache. Cochrane Database Syst Rev. 201110;(8):CD007887.

Auteur

Dr. Aurore Maire

Service de Médecine de la douleur médecine palliative Hôpital Lariboisière Conférences : invitations en qualité d’auditeur (Grunenthal)