Vous êtes ici

PAIN

Rentrée 2018 dans la douleur : l’ABPS est-elle au programme ?

2.01
septembre 2018
Psychologie de la douleur

L’approche bio-psycho-sociale (ABPS) fait aujourd’hui consensus pour répondre aux difficultés rencontrées par les patients douloureux et en particulier quand leur douleur devient chronique. Elle repose sur les compétences coordonnées d’équipes soignantes pluri-professionnelles. Ce « Pain Reports », récemment publié dans la revue « Pain », s’intéresse aux enseignements portant sur la douleur et son ABPS au sein des formations suivies par les professionnels du secteur médico-social. La revue de la littérature menée sur cette question dresse un constat particulièrement alarmant. Dans la majorité des cursus de formation initiale, cet enseignement se limite à l’anatomie et à la neurophysiologie de la douleur. Les auteurs déplorent la rareté des cours présentant l’intérêt d’un recours et d’une collaboration avec d’autres professionnels pour mieux évaluer et répondre aux besoins des patients. Quand les conditions s’y prêtent (ce qui est encore trop rarement le cas), cet apprentissage se fait sur le terrain pendant la formation initiale (internat, stages) ou une fois diplômé. Bien que régulièrement recommandée, l’ABPS demeure encore trop peu développée sur le terrain. Cela pourrait expliquer certaines erreurs médicales reflétant non une incompétence du praticien mais plutôt une inadéquation entre les besoins du patient et la réponse thérapeutique. La qualité de l’ABPS, quand elle existe, peut également être mise en cause par un manque de communication au sein de l’équipe douleur ou entre équipes soignantes. Les auteurs sont en faveur du développement d’un enseignement pluri-professionnel à la douleur (EPPD).

En 2013, un consensus inter-professionnel orienté vers les compétences de base nécessaires à la gestion de la douleur avait été publié et, en février 2018, « The IASP Pain Curriculum Outlines » définissait le contenu d’un EPPD en formation initiale à l’université. Ces publications se situaient dans la continuité des travaux édités en 2010 par l’Organisation Mondiale de la Santé concernant les principes généraux d’un EPP et d’une pratique collaborative pluri-professionnelle. L’EPP doit regrouper au moins deux professionnels apprenant en même temps et ensemble sur une thématique donnée et de manière interactive, sur leurs rôles et compétences respectives. L’un des enjeux de l’EPPD est d’apprendre à tous les étudiants, quel que soit leur cursus initial, l’utilisation et le partage d’un vocabulaire commun pour leur pratique future auprès de patients douloureux. Quelques auteurs recommandent de développer également l’EPPD pour la formation continue.

D’une manière générale, elle est encore trop peu développée dans le monde. Pour la formation initiale, les auteurs appellent à une remise en question des programmes, notamment à l’université, avec : davantage d’échanges et de réflexions entre leurs responsables, une plus grande collaboration avec les praticiens pour la définition des contenus d’enseignement et leur dispense. L’université de Toronto est pionnière dans ce domaine avec une offre de formation initiale reconnue en terme d’EPPD, ouverte aux étudiants issus de 7 cursus différents. La France n’est cependant pas en reste avec la mise en place par notre société savante (SFETD), fin 2018, de son premier EPPD (« école de la SFETD ») consacré aux douleurs neuropathiques et ouvert aux professionnels comme aux étudiants. Malgré quelques résultats intéressants mais parfois contradictoires, les études portant sur l’impact de telles initiatives sont encore peu nombreuses, avec des méthodologies très disparates rendant toutes conclusions hasardeuses. Des efforts devront également être faits dans ce champ pour contribuer à une évolution profonde et durable des pratiques professionnelles auprès des patients douloureux.

Reference

Gordona DB, Watt-Watson J, Hogans BB.
Interprofessional pain education—with, from, and about competent, collaborative practice teams to transform pain care. Pain Reports 2018;3(3): e663.

Auteur

Franck Henry

Psychologue CHU Dupuytren Centre de la Douleur Chronique - Service de Rhumatologie à Limoges Aucun lien d’intérêts