Vous êtes ici

European Journal of Pain

Surfer avec une lombalgie : une pratique à risque ?

2.01
mars 2018
Psychologie de la douleur

L’approche bio-psycho-sociale (BPS) fait aujourd’hui consensus pour la prise en charge des patients souffrant de douleurs chroniques. Elle repose sur près de trente années de publications scientifiques, en particulier auprès de sujets porteurs de lombalgies (L) chroniques. Cette littérature démontre que, associé aux traitements biologiques et rééducatifs, le traitement des facteurs psychosociaux favorise le rétablissement des malades : peur de la douleur et évitements comportementaux, catastrophisme, dépression, anxiété, attentes négatives sur leur évolution, stress, faible sentiment d’auto-efficacité face à la douleur, environnement et soutien professionnel défavorables, insatisfaction professionnelle et indemnités journalières suite à un arrêt de travail (bénéfice secondaire). Il a été également mis en évidence, à de nombreuses reprises, l’absence de corrélations positives entre l’imagerie médicale (existence et/ou importance d’une lésion) et l’état de santé de ces patients. Depuis 2001, plusieurs études ont été consacrées aux sites internet dédiés aux L aigues. En comparant les informations et conseils trouvés sur ces sites (soins et auto soins) aux recommandations de bonnes pratiques basées sur l’EBM (Evidence Based Medicine) les auteurs concluaient à des ressources de faible qualité et manquant de précision. A partir d’une recherche dans Google le 16 avril 2016, portant sur les L aigues et chroniques (communes ou non), les auteurs de cette publication ont identifié plusieurs sites internet. Ils ont évalué la qualité de leur contenu. Pour être inclus dans leur analyse, ces sites devaient avoir un accès grand public sans compte utilisateur et un contenu écrit en langue anglaise. Les forums de discussion, blogs, articles de journaux et les sites présentant un lien avec l’industrie pharmaceutique en étaient exclus. Avec ces critères, 15 sites ont fait l’objet d’une analyse. Seulement 40% d’entre eux étaient certifiés « HONcode » pour la qualité de leur contenu (Health on the Net Foundation, 2016). Respectivement : 26,7%, 60% et 13,3% ont été considérés comme « biomédicaux », « moyennement BPS » et « totalement BPS ». Tous les sites avec un contenu BPS décrivaient la L comme un phénomène normal, universel et courant. 72,7% d’entre eux évoquaient comment les pensées, émotions et comportements pouvaient avoir un effet sur l’expérience de la L (et inversement) ; 18,20 % présentaient les effets de l’environnement sur l’expérience de la L. Les facteurs psychosociaux identifiés étaient le stress, l’anxiété et la dépression (81,8%) ; les facteurs professionnels (36,3%) et les activités de la vie quotidienne (27,2%). Les auteurs avaient retenu 12 informations sur la biologie de la douleur, habituellement communiquées aux participants des programmes d’éducation thérapeutique. Seulement 20 % des sites inclus dans cette analyse faisaient apparaitre ces informations. Wikipédia était le site le plus fourni sur le sujet avec seulement 3 informations sur les 12 attendues par les auteurs ! Plus inquiétant encore : 46,7% des sites corrélaient l’intensité douloureuse à l’importance d’une lésion lombaire et seulement 13,3 % d’entre eux mentionnaient la peur de la douleur, les évitements comportementaux et le catastrophisme comme facteurs de chronicisation (facteurs pourtant les plus étudiés dans la littérature BPS) ! Que penser d’une généralisation de ces résultats aux sites francophones ? L’information BPS online se développe mais serait encore incomplète, de mauvaise qualité et surtout trop bio-centrée. Plusieurs études ont montré les effets iatrogènes, en termes de catastrophisme et d’évitements comportementaux de la douleur, d’un tel discours. Cette publication encouragera les acteurs de l’approche BPS à poursuivre leur communication sur les L auprès du grand public, en insistant sur la biologie de la douleur et le modèle peur-douleur-évitement.

Reference

Black NM, Sullivan SJ, Mani R.
A biopsychosocial understanding of lower back pain: Content analysis of online information. Eur J Pain 2018:22:728-744.

Auteur

Franck Henry