Vous êtes ici

The Journal of Pain

Surfer sur la douleur chronique avec la TCC de 3éme vague : « And the winner is… »

3
octobre 2017
Psychologie de la douleur

Avec le développement des thérapies comportementales et cognitives orientées vers la gestion de la douleur chronique (TCC-D), certains auteurs demandent une orientation de la recherche vers les facteurs prédictifs (propres aux patients) et/ou modérateurs (intrinsèques aux interventions) d’une réponse positive (Vlaeyen JW, Morley S. Cognitive-behavioral treatments for chronic pain: what works for whom? Clin J Pain 2005;21:1–8.). Les études d’efficacité sur les TCC-D d’ancienne génération ou dites de la « 3éme vague » (nouvelle génération), comme leurs méta analyses, démontrent des effets positifs mais ne permettent toujours pas de répondre aux questions suivantes : Pourquoi ça marche ? Pour qui ? Quel est l’effet de chaque technique, prise isolément, sur l’évolution du patient ? Quelle(s) technique(s) privilégiée(s) en fonction des patients rencontrés ? En 2016, l’étude d’efficacité de Broderick et collaborateurs (Broderick JE, Keefe FJ, Schneider S and al. Cognitive behavioral therapy for chronic pain is effective, but for whom? Pain 2016;157:2115-23.) sur la TCC-D d’ancienne génération a pu esquisser quelques pistes méritant une confirmation. Cette dernière méta-analyse concerne les études d’efficacité publiées de 1974 à 2016 sur les TCC-D de 3éme vague: la thérapie d’acceptation et d’engagement (ACT, Acceptance and Commitment Therapy) ainsi que les interventions thérapeutiques basées sur la méditation de pleine conscience du moment présent (mindfulness, ITBM). Ces TCC-D contextuelles ont pour ambition de promouvoir la flexibilité psychologique en présence de la souffrance globale par une diminution des comportements de contrôle et de lutte face à elle (évitement expérientiel) au service d’une plus grande activation comportementale vers les valeurs existentielles. Après l’identification de 484 publications sur ces thématiques, les critères d’inclusion/exclusion choisis par les auteurs ont permis de retenir seulement 20 publications pour cette méta analyse. Les chercheurs ont travaillé sur les études présentant les meilleures qualités méthodologiques et où une analyse statistique des facteurs potentiels de bon pronostic avait été menée. Les critères de jugement principaux retenus par ces études (en termes d’efficacité) étaient les suivants : intensité douloureuse, qualité de vie liée à la santé, fonctionnement social, incapacité psychosociale, capacité fonctionnelle, retentissement global de la douleur sur la vie quotidienne et fonctionnement émotionnel. 9 études étaient consacrées à l’ACT et 11 aux ITBM. Pour la plupart, leurs auteurs ne sont pas parvenus à conclure sur la valeur pronostic de la ou des variables soumise(s) au traitement statistique. Les résultats de cette méta analyse montrent des corrélations positives entre le niveau de détresse psychologique, des antécédents dépressifs et une réponse positive aux TCC-D, sans différence significative entre elles sur l’évolution positive des sujets. Les auteurs déplorent la faiblesse méthodologique de ces 20 études, avec de grandes variabilités en termes, par exemple, de : critères de jugement principaux (efficacité), techniques et interventions thérapeutiques (ACT versus ITBM), durée des interventions, etc. Ces différences rendent difficiles les comparaisons inter-études. Etudier les potentiels prédictifs de chacune des 6 variables psychologiques (habiletés entrainées en thérapie) sous tendant la flexibilité psychologique (hexaflex) est un axe à développer dans la littérature. Leur prise en compte permettra sans doute de pouvoir mieux préciser les indications et surtout mieux individualiser les interventions thérapeutiques afin d’entrainer les patients aux habiletés les plus déficitaires.

Reference

Gilpin HR, Keyes A, Stahl DR, Greig R and McCracken LM.
Predictors of Treatment Outcome in Contextual Cognitive and Behavioral Therapies for Chronic Pain: A Systematic Review. J Pain 2017;18:1153-1164.

Auteur

Franck Henry

Psychologue CHU Dupuytren Centre de la Douleur Chronique - Service de Rhumatologie à Limoges Aucun lien d’intérêts