Vous êtes ici

Annales Françaises d'Anesthésie et de Réanimation

Syndrome épaule-main et analgésie péri-nerveuse continue… et pourquoi pas ?

1.02
juin 2014
Douleur et rééducation

Le syndrome épaule-main est une affection extrêmement invalidante et douloureuse, constituant une forme sévère de Syndrome douloureux régional complexe (SDRC). Les auteurs se sont intéressés à l’évaluation de patients présentant un syndrome épaule-main sévère et rebelle par une prise en charge agressive. Vingt-cinq patients ont été inclus dans cette étude rétrospective entre 2007-2012. Les critères d’inclusion étaient un SDRC de l’ensemble du membre supérieur résistant à un traitement conventionnel depuis au moins 3 mois avec limitation des amplitudes articulaires.
La prise en charge est basée sur quatre points : 1) une analgésie péri-nerveuse continue infra-scapulaire associant un bolus de 200 mg de lidocaine 1 % puis à l’aide d’un auto-diffuseur, un débit de 4 mg/h de ropivacaine, 2) une rééducation biquotidienne et auto-rééducation de la main et de l’épaule, en hospitalisation de 1 à 4 semaines en fonction de l’évolution, 3) une à trois arthro-distension en fonction de la réponse clinique à cette dilatation, 4) une mobilisation rapide de l’épaule sous anesthésie générale.
Les patients étaient évalués lors de la première consultation et à 6 mois, puis par auto-évaluation par questionnaire (échelle numérique de la douleur et scores d’anxiété et de dépression) par voie postale.
Sur les 25 patients, 19 ont été pris en charge dans un délai inferieur à 6 mois après l’apparition des premiers  symptômes. L’amélioration de la douleur est en moyenne de 3 points d’EN mais aucun amélioration de la douleur n’a été constaté chez les patients dont le délai de prise en charge était supérieur à 1 an. De même les scores moyens d’anxiété et de dépression ont été améliorés. La récupération complète ou partielle des amplitudes articulaires a été notée chez 23 patients.
En revanche, seulement 1/3 des patients en activité professionnelle a repris le travail et aucun de ceux en maladie professionnelle ou en accident du travail ne la repris.
Il y a peu de consensus concernant la prise en charge du SDRC en cas d’échec de la kinésithérapie associées aux antalgiques. Cette étude nous donne une piste intéressante en cas d’échec de la prise en charge conventionnelle, en associant rééducation intensive et analgésie péri-nerveuse. Se pose tout de même, la question pour les patients les plus chroniques qui, dans ce travail au nombre de deux seulement, n’ont pas été améliorés mais pour lesquels des propositions devraient être formulées. Une étude sur un plus grand nombre de patients pourrait peut-être apporter des réponses.

 

Reference

Nouri M, Barré P, Vesvard D, Hanifi M, Estèbe JP.
Association d’une rééducation sous analgésie péri-nerveuse continue et d’une capsulo-distension de l’épaule dans le traitement du syndrome épaule-main rebelle. Ann Fr Anesth Reanim 2014;33:326-9.

Auteur

Dr Céline Liss

Centre anti-douleur CHU Robert-Debré de Reims Liens d’intérêts : Essais cliniques : en qualité d'investigateur principal, coordonnateur ou expérimentateur principal pour Astellas ; Interventions ponctuelles : activités de conseil pour Mundipharma ; Conférences : invitations en qualité d'intervenant pour Mundipharma ; Conférences : invitations en qualité d'auditeur (frais de déplacement et d'hébergement pris en charge par une entreprise) pour Mundipharma, Pfizer et Astellas ; Intervenant dans le programme « change pain » pour la région Champagne-Ardennes pour les laboratoires Grunenthal.