Vous êtes ici

Douleur et Analgésie

Un regard épicé sur un traitement pimenté

2.01
janvier 2018
Douleurs neuropathiques

Cet article sélectionné ici, n’apporte peut-être pas de nouvelles connaissances concernant le traitement (patchs de capsaïcine) mais il a l’intérêt de synthétiser les résultats de plusieurs études randomisées, contrôlées (RCT) et de méta-analyses. On y constate aussi dans la discussion, une vision qui peut être différente en fonction du système de santé, les auteurs étant belges, la revue francophone, certaines remarques, limites ne seraient peut être pas les même dans notre organisation de soins pour les patients douloureux chroniques. 10 RCT, 6 analyses prospectives, 2 analyses rétrospectives ont été incluses ici et discutées. L’évaluation portait généralement sur la réduction de la douleur (EN), un suivi de 12 semaines à 1 an, après application de capsaïcine crème 0,075% ou patch 8%. Globalement, les auteurs rapportent une augmentation transitoire de la douleur (EN) puis une diminution en dessous du niveau de base. Certaines études ne mettent pas en évidence un effet majeur de la capsaïcine dans certaines indications : douleurs post-zostériennes, douleurs du VIH, interprétant ces résultats du fait de douleurs inférieurs à 3 mois, « évoluant souvent favorablement ». Concernant les effets indésirables, ils sont locaux, fréquents : douleurs, sensation de brulure, érythème, parfois œdème, modérés et transitoires.

L’hétérogénéité de ces différentes études doit faire prendre les résultats et les interprétations avec prudence nous disent les auteurs, de même pour les liens d’intérêts observés dans la plupart des études.
Les auteurs concluent à une efficacité de la capsaïcine dans les douleurs neuropathiques post-zostériennes et liées au VIH. Ils préconisent d’autres études pour mieux cibler les types de DN qui seraient plus sensibles à ce traitement. Ils mettent également en doute l’absence complète d’effet du placebo régulièrement utilisé dans ce contexte (des patchs à faible concentration) qui pourrait tout de même avoir un effet thérapeutique.

Cet article a été choisi car il m’a interpelé. Son contenu peut mettre le trouble dans les esprits : notamment concernant les indications ou l’efficacité de la capsaïcine. L’utilisation de ces patchs en France est bien cadrée, en hôpital de jour et donc son financement ne pose pas de problème majeur. Les preuves d’efficacité sont aujourd’hui assez claires, et la place de ce traitement dans l’algorithme décisionnel des DN focales bien adoptée par les experts. Bien sur, il faudrait pourvoir déterminer quels types de patients seront plus « répondeurs », quels sont les phénotypes de DN, quelles étiologies détermineront nos choix. Des études complémentaires seront donc les bienvenues. Lire les articles, interpréter les analyses, issues de RCT ou de méta-analyse reste une démarche parfois complexe !

Il faut donc toujours savoir comparer les sources, confronter les opinions, connaître les limites de tel ou tel type d’étude et ne pas seulement « prendre pour argent comptant » les conclusions des auteurs.

Reference

A. U. Trillig, R. Deumens, A. Mouraux, F. Bauchy, P. Forget

Efficacité et tolérance des capsaïcinoïdes topiques dans le traitement de la douleur neuropathique. Une revue systématique et méta-analyse des essais cliniques randomisés, Douleur et Analgésie, December 2017, Volume 30, Issue 4, pp 239–249

Auteur

Rodrigue Deleens

Coordonnateur et directeur de la publication/Responsable éditorial Praticien Hospitalier -Centre d'Évaluation et de Traitement de la Douleur CHU de Rouen Médecin attaché, CETD Hôtel Dieu, AP-HP